POLIADE

 

développé en 2019/2020

Jeux coopératif

Matériaux :  tablettes, panneaux, audio.

Compétences utilisées : design numérique, realité augmenté.

Poliade embarque ses équipes participantes dans un jeu de déduction à l’échelle de la ville.

 Le but ? Découvrir l’un des secret du patrimoine mémoriel local. Pour découvrir les indices qui y mènent, les joueurs sont munis d’une tablette tactile et d’un livret papier. Grâce à la réalité augmentée, ils pourront alors écouter des témoignages, révéler un objet disparu, un paysage… Observer, écouter, chercher, relever les indices, réfléchir, déduire, les explorateurs sont acteurs de leurs découvertes. 

 

La mémoire de la ville est présente dans ses recoins : derrière une porte, on peut apercevoir les traces de l’atelier du maréchal ferrant, au coin d’une rue l’architecture témoigne d’une période caractéristique de l’essor de la ville…. Poliade utilise ces signaux faibles comme supports pour révéler l’histoire de la ville et rendre sa sensibilité au paysage. Et si un détail que vous n’aviez jamais remarqué portait en lui une histoire centenaire ? Chaque ville à son histoire, sa mémoire.

 

Poliade adapte son contenu et ses indices au contexte dans lequel il s’implante. Le projet se construit en étroite collaboration avec les communes partenaires. 

Un parcours type de jeu


1/ former une équipe
Poliade sera présenté de manière évènementielle. Avant de commencer le jeu, les joueurs se regroupent en équipes de 2 à 6 joueurs. Le but de cette organisation est de créer des dynamiques de groupe afin que chacun trouve sa place au sein d’un modèle communautaire (intergénérationnel, interculturel, …). 

C’est le moment pour l’équipe de rencontrer le Poliade de la ville. Il s’agit d’une personne membre du collectif Mille trois cents qui animera une médiation en amont du jeu. Il explique le but du jeu et donne leurs outils aux participants (une tablette numérique, un livret papier et un crayon).


2/ partir en quête
C’est parti, le jeu est lancé ! Le but des joueurs est de découvrir l’un des secret du patrimoine mémoriel de la ville (par exemple : quelle était la particularité du 3ème maire de la ville ?). Ils vont alors partir dans une quête pour trouver des patchs disséminés dans la ville (sur un arbre, sur un bâtiment…). Ils font apparaître des sons et des images en réalité augmentée qui permettent de découvrir des indices à reporter sur le livret papier, à la manière d’un cluedo.

3/ résoudre l’énigme
Le livret bien rempli permet de trouver le secret ultime ! Une fois la réponse trouvée, l’équipe se dirige une nouvelle fois vers le Poliade. Il valide la résolution de la quête et anime une médiation en aval du jeu afin de réunir les impressions des participants et de discuter des leurs découvertes et de leurs réflexions, tant au sujet du patrimoine que de l’oeuvre numérique. 



Une oeuvre numérique
intentions artistiques et numériques
Le but du projet est de rendre visible le patrimoine mémoriel d’un lieux. Hors, la mémoire n’est pas tangible. L’utilisation de la réalité augmentée permet d’ancrer cette mémoire impalpable dans des objets (patchs) disséminés dans la ville.

En scannant un patch les joueurs verront tantôt apparaitre un objet lié à la mémoire du lieux, tantôt ils pourront entendre un témoignage sonore…

Le numérique agit comme un gardien de la mémoire, un passeur qui fait transiter les souvenirs du lieux jusqu’aux joueurs-enquêteurs.

Les patchs seront graphiquement conçus en adéquation avec la charte graphique créée pour l’UI de l’application liée au projet. Les « objets » qui apparaîtront en réalité augmentée seront créés par un designer numérique / artiste 3D qui se basera sur les anecdotes préalablement récoltées.